Le rituel de l’absinthe

Comment préparer son absinthe
Le rituel de l’absinthe

Le rituel consiste à poser un morceau de sucre sur une cuillère perforée reposant sur

les bords d’un
verre dans lequel on aura versé une mesure d’absinthe
.

De l’eau glacée est ensuite versée très lentement sur le sucre qui se

dissout petit à petit, et tombe goutte à goutte, troublant le liquide, qui " louche " et tend vers un blanc opalescent.

Normalement, l’on rajoute deux à trois volumes d’eau pour un volume d’absinthe.

Le rituel: Show ou nécessité ?

Le rituel est important – il fait partie de ce qui fascine dans l’absinthe.

Aucune autre boisson n’est consommée après une cérémonie aussi méticuleusement arrangée. Tous les témoignages historiques semblent concourir à nous dire que l’absinthe était préparée méticuleusement et sans hâte.

On la buvait rarement sèche, et l’eau était toujours ajoutée lentement, et non grossièrement déversée d’un seul coup. la glace n’était jamais placée dans le verre.

L’eau que l’on ajoute à l’absinthe doit impérativement être aussi fraîche que possible. Dans les fontaines à absinthe, on peut remplir le réservoir de glaçons afin de maintenir la température de l’eau.

L’idée est de commencer à boire l’absinthe glacée et de la laisser lentement se réchauffer pendant la consommation.

L’absinthe a bien meilleur goût dégusté de cette façon.

Il est essentiel de verser l’eau le plus lentement possible, idéalement au goutte à goutte, surtout au début quand l’absinthe

commence à se troubler. Il y plusieurs raisons: d’abord, cela permet d’admirer le changement de couleur progressif, mais aussi, cela permet aux arômes de se développer lentement pour le plus de complexité et d’intérêt (techniquement, les huiles essentielles différentes se précipitent à différentes dilutions, et en versant lentement les arômes se dégagent petit à petit et tour à tour, et pas tous d’un coup comme quand on déverse l’eau brutalement).

En général, apprendre à préparer son absinthe d’une façon traditionnelle vaut bien la peine; la concentration et le calme vous mettra dans le bon état d’esprit pour ensuite apprécier pleinement toutes les subtilités de la boisson, et le meilleur goût de l’absinthe bien préparée ne fera qu’aider.

Occasionnellement, l’absinthe était consommée diluée avec un alcool moins fort: le vin blanc (ce qui donnait une "absinthe de minuit") ou le cognac (pour la boisson favorite de Toulouse Lautrec, le "tremblement de terre"). Mais c’était des modes de consommation un peu osés qui suscitaient l’émoi et des commentaires souvent critiques.

Consommer l’absinthe sèche (sans eau) n’était jamais habituel, et était toujours socialement inadmissible. Quand les sources historiques mentionnent un tel usage, c’est toujours dans un contexte décrivant l’alcoolisme.

Une parodie moderne

Aujourd’hui, certaines absinthes (et fausses absinthes) sont souvent promues en avançant le rituel soi-disant "Bohémien". Ce rituel n’est pas une méthode traditionnelle, mais une innovation moderne inspirée par le flambage de la sambuca et d’autres boissons. Une mesure d’absinthe est versée dans un verre, et un morceau de sucre est imbibé d’absinthe. Le sucre est alors enflammé et on le laisse brûler jusqu’à ce qu’il mousse et se caramélise. La cuillère avec le sucre caramélisé est alors plongée dans l’absinthe, ce qui souvent met le feu à l’absinthe. De l’eau glacée est ensuite jetée pour éteindre le tout. Cette méthode est devenue très populaire, certainement depuis son apparition dans plusieurs films comme "Moulin Rouge". Néanmoins, historiquement, c’est une hérésie qui aurait horripilé n’importe quel amateur d’absinthe à la Belle Époque.

Partagez !
Ce contenu a été publié dans Absinthe, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *