L’art et la manière de déguster un whisky

Mise au point:

Vous aimez boire un bon whisky à l’apéritif ?

Bien entendu un « pure malt », évidemment écossais et il va sans dire d’au mois 12 ans d’âge. Tout y est! Vous pouvez servir les cacahuètes et les « vins cuits » pour les femmes…

Bonne soirée messieurs, ce billet s’adresse aux autres…

Eh oui ! Le whisky ne se boit pas à l’apéritif.

Une boisson apéritive est une boisson que l’on boit avant un repas et qui ne doit en aucun cas mettre en péril le premier plat du repas servi. Alors il faut abolir toute boisson spiritueuse à forte teneur en alcool. Alors, jamais de whisky !

On ne « boit » pas un whisky, on « déguste »un whisky. Après le repas ou à un moment privilégié.

Tout d’abord, sachez qu’un whisky ne se déguste JAMAIS avec des glaçons. Vous devez le servir à température ambiante (sauf certains Very Cloudy), et l’accompagner d’un verre d’eau plate.

Pourquoi ?

Parce que le glaçon a pour effet de neutraliser les arômes émanant du whisky et exerce un effet anesthésiant sur les papilles. 

Ensuite, le verre ne doit jamais être coloré, sous peine de masquer la couleur du whisky, ce qui aura également pour effet de limiter vos perceptions olfactives.

Quant à la forme de ce verre, oubliez les tumbler (verres droits, étroits ou larges) à fond épais.

Pourquoi ?

Parce que vous réchauffez votre whisky en tenant le verre dans votre main.  Ensuite, les arômes ne peuvent pas se développer. Enfin ils ne peuvent pas se concentrer.

Le verre idéal aura un pied qui vous permettra de le prendre en main sans réchauffer le whisky. Il sera évasé à sa base afin de permettre aux arômes de se libérer et se resserrera afin de concentrer les arômes et les préserver.

Vous n’allez quand même pas m’apprendre à déguster un whisky ?

Comment dire…

Verser le whisky dans le verre, et examiner la couleur en tournant le verre parfaitement propre vers une source de lumière. La couleur donne des informations sur le type de fût dans lequel le whisky a vieilli, ainsi que sur son âge. L’oeil est en éveil, l’olfaction peut commencer.

Imprimez au verre un mouvement circulaire, doucement, et la viscosité du whisky. On parle de « jambes » ou de « larmes ».

Approchez le verre de votre nez , doucement, et arrêtez-vous dès que vous commencer à ressentir la chaleur de l’alcool.

Puis prenez quelques gouttes de whisky en bouche et tapissez votre langue.

Le secret ?

A ce stade, ajouter une simple goutte d’eau. Les arômes vont se libérer.

Recommencez jusqu’à ce que le verre soit vide.

Vous prendrez bien quelques cacahuètes !

 

 

 

 

Partagez !
Ce contenu a été publié dans Whisky, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’art et la manière de déguster un whisky

  1. la parloterie dit :

    belle mise en bouche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *